Accéder au contenu Accéder au footer

La semaine du beau gazon

Chaque printemps, dans beaucoup de jardins, c’est le même refrain. Le gazon est en triste état, envahi par la mousse qui étouffe l’herbe sous le tapis dense que forment ses longs brins.



gazon dans le jardin de HidcotePour permettre au gazon de se redévelopper avec vigueur, la mousse doit être éliminée. Après une première tonte si l’herbe a déjà atteint une belle hauteur, nous pouvons utiliser un scarificateur dont l’action pourra éventuellement être complétée par l’application d’un produit anti-mousse.
Quel scarificateur employer ? Si la pelouse se limite à quelques mètres carrés, un scarificateur à manche – il ressemble à un râteau avec des couteaux recourbés à la place des dents – convient parfaitement. Pour une surface plus large, un scarificateur à moteur s’impose.

Cet engin peut être loué dans une jardinerie. Mais pour éviter les inconvénients du transport et de l’utilisation de machines qui ne sont parfois plus en parfait état, de plus en plus de jardiniers font finalement l’acquisition de leur propre scarificateur, d’autant que les modèles électriques sont devenus financièrement abordables. Par contre, pour les pelouses de grande surface, un scarificateur à essence reste un investissement important.

Que de mousse !

gazon-anglaisPour une bonne scarification, il faut effectuer deux passages croisés. On est toujours surpris par le volume des matières enlevées. Les lames du scarificateur enlèvent la mousse mais aussi ce qu’on appelle le feutre : des brins d’herbe sèche, de vieux rhizomes de gazon, des débris de feuilles mortes, des aiguilles de pin si le jardin comporte de grands conifères.

Voilà pourquoi il est aussi utile de scarifier des gazons qui ne comportent pas de mousse. L’élimination de la mousse et du feutre permet une meilleure pénétration de l’air et de l’eau dans la couche superficielle du sol, avec un impact positif sur la vitalité du gazon.
Les scarificateurs puissants comportent un réglage de profondeur, permettant aux lames robustes de pénétrer dans la terre et d’accentuer l’aération du sol. Avec ces machines, il faut éviter de scarifier le gazon en période de sécheresse. L’aération effectuée par les lames accélére le dessèchement du gazon.

De la vitalité

Après la scarification, il est indispensable d’appliquer un engrais azoté pour aider le gazon à se redévelopper. Quand on répand l’engrais à la main, la répartition risque de ne pas être homogène et on observe alors des zones de la pelouse où l’herbe est plus haute puisqu’elle a reçu plus d’azote.

Cet inconvénient est évité en utilisant un petit distributeur mécanique d’engrais. En avril et en mai, lorsqu’il fera doux et humide, l’herbe, stimulée par l’engrais, se densifiera rapidement pour former un tapis dru. L’herbe dense et tondue pas trop rase fait obstacle au retour rapide de la mousse.

Respiration

carotteuseSi le sol est compact, mal drainé, la mousse revient d’autant plus vite que le gazon pousse mal. Les beaux gazons à l’anglaise ne sont pas seulement généreusement nourris, ils sont aussi régulièrement aérés en profondeur afin de permettre un bon développement des racines des graminées.

Nous pouvons creuser des trous en enfonçant la fourche-bêche et en effectuant un mouvement d’aller et retour avec le manche. L’idéal : le carottage. Des outils à dents creuses permettent d’enlever de fines carottes de terre. Les trous sont effectués de manière dense sur toute la surface du gazon, tous les dix centimètres environ.

Les carottes sont évacuées. Ensuite, un mélange de sable grossier, de terreau tamisé et de terre finement émiettée est étendu sur le gazon pour combler les trous. Ils constitueront ainsi des voies d’accès en profondeur pour l’air et l’eau.
Si la pelouse est située à l’ombre, le problème de la mousse est quasiment insoluble puisque les graminées demandent de lumière pour pousser de façon optimale. Consolez-vous : des plantes tapissantes comme les pervenches (Vinca minor) ou le lierre croissent bien dans ces lieux ombragés et remplaceront avantageusement le gazon. Et puis, dans les jardins japonais, les herbes sont radicalement éliminées au profit des mousses…

Vos commentaires

  • Caffarey dit:

    J’ai essayé de trouver un aérateur de pelouse qui retire vraiment des carottes, mais sans succès.

    Des recommandations de magasins qui stockent ce genre d’outils en Belgique ou de sites anglais qui livrent en Belgique ?

  • Luc dit:

    Pourquoi l’aérateur de gazon que l’on trouve dans n’importe quelle jardinerie anglaise est-il si rare chez nous ? Parce toutes les techniques pour obtenir un gazon de qualité ne sont pas encore suffisamment connues parmi le secteur horticole sur le continent. Il est vraiment regrettable de constater que des entrepreneurs de jardin sèment toujours des pelouses sans travailler le sol en profondeur et surtout sans y incorporer l’humus et le sable qui permettraient un bon développement des graminées.

    Une jardinerie diffuse en Belgique des carotteuses comme celle figurant ci-dessus en photo :
    Le Moulin de Bierges, rue du Manège, 16 à 1301 Bierges, tél. 010.41.37.80.

  • christophe dit:

    Oui, il est difficile de trouver un aérateur de pelouse. C’est pourquoi j’ai entrepris d’en réaliser un moi-même. Un bon poste à souder, quelques tubes creux et c’est parti.
    Le châssis de la fourche réalisé, on y ajoute des tubes de 1,5 centimètre de diamètre, sur 10 cm de long, à couper en biseau sur le bout afin d’avoir une meilleure pénétration et on a un aérateur de gazon. Ceci dit, pas besoin de le faire trop large. 40 à 50 cm suffisent sinon cela devient trop dur pour enfoncer l’outil.

Laisser un commentaire

*

 
Remonter en haut de page Accéder au contenu