Accéder au contenu Accéder au footer

Bouturer la vigne

Durant ce mois de février, nous pouvons facilement bouturer une vigne pour la serre ou pour le jardin.



Nous avons besoin d’un sarment à demander à un ami jardinier qui taille ses vignes en ce moment. La bouture est constituée par un morceau de sarment comportant trois bourgeons. On coupe deux centimètres sous le bourgeon du bas et juste au dessus du bourgeon du haut. Le bouturage pourrait déjà réussir en enterrant les deux premiers bourgeons dans du terreau mais le bouturage sera plus rapide si on enlève ces deux bourgeons inférieurs. Le pot est placé dans une pièce chauffée. Les racines apparaîtront sur les blessures provoquées par l’enlèvement des bourgeons.
Il est aussi possible de bouturer la vigne avec un seul bourgeon, ce qui permet d’obtenir trois fois plus de jeunes vignes avec le même sarment. La bouture est enfoncée de manière à ce que le bourgeon se trouve juste à ras du terreau. De la chaleur est indispensable pour la réussite de ce bouturage. Il faut au moins 20 °C. On peut même placer le pot près d’une source de chaleur. L’idéal est d’obtenir 5 °C de plus que la température ambiante. Les racines apparaissent alors rapidement. Attention aux excès de chaleur. Si la température dépasse 28 °C, le bourgeon débourre tout de suite mais comme des racines ne sont pas encore présentes, la bouture sera perdue.
 

Vos commentaires

  • Béatrice dit:

    Bonjour,
    Je souhaiterais planter de la vigne le long de ma façade sud mais mon mari s’y oppose car il dit que cela risque d’apporter de l’humidité au mur et de l’abîmer. Existe-t-il un moyen de résoudre ce problème ?
    Merci.

  • luc dit:

    Bonjour Béatrice,

    Je peux apporter une réponse positive aux deux arguments invoqués pour ne pas accueillir une vigne contre un mur.

    La vigne n’apporte pas de l’humidité. Durant l’été, tout au contraire, le feuillage protège le mur des pluies. Pendant l’hiver, les feuilles sont tombées et la vigne se résume, dès le mois de janvier après la taille, à son seul tronc. Le mur peut donc respirer… et se faire mouiller.

    Une vigne n’abîme pas le mur. Contrairement à un lierre qui se fixe avec ses racines crampons sur la surface et dont les tiges grossissant au fil des ans peuvent écarter des structures, la vigne est attachée à des fils de fer tendus horizontalement et la taille hivernale ramène la plante à sa silhouette de base.

    Cordialement vôtre,

    Luc

  • DRAGACCI MATOUX dit:

    Bravo pour vos conseils.
    Perpehus

Laisser un commentaire

*

 
Remonter en haut de page Accéder au contenu