Accéder au contenu Accéder au footer

L’ABC des jardinières et suspensions

Les jardinières sont de retour aux fenêtres des maisons, sur les terrasses et les balcons. Quelques conseils permettront d’obtenir de bons résultats.



jardiniereFleurir son habitation est un bonheur partagé avec les passants qui remarquent et apprécient les floraisons luxuriantes. Les géraniums, surfinias et lobélias peuvent composer des ensembles riches de formes et de couleurs. L’effet esthétique est merveilleux mais associer tant de végétaux différents dans un volume limité de terreau exige de mettre toutes les chances de son côté. Des conseils sont essensiels pour que la générosité des plantes puisse s’exprimer pleinement et durablement.

A comme arrosage

Après le repiquage des plantes, la jardinière n’est surtout pas arrosée généreusement. Un léger manque d’eau pendant quelques jours force les plantes à développer leurs racines. Quand celles-ci touchent les parois de la jardinière, les plantes qui perçoivent ainsi la perspective du manque de nourriture et d’eau fleurissent abondamment afin d’assurer la reproduction de l’espèce. Pour l’arrosage, l’idéal est d’installer des goutteurs qui permettre d’éviter la ronde vespérale de l’arrosoir. Grâce aux petits tuyaux et à tous les accessoires disponibles dans les jardineries, il suffit d’ouvrir le robinet pour arroser les jardinières et les suspensions. Une vanne électronique à programmer peut même arroser les paniers et jardinières durant nos vacances.

C comme ciseaux

À maturité, une jardinière peut se déséquilibrer car des plantes ont un développement plus important que d’autres. Il ne faut alors pas hésiter à tailler avec de simples ciseaux les annuelles qui cachent d’autres plantes. Enlever les fleurs fanées a aussi pour effet de prolonger les floraisons.

E comme engrais

Les plantes annuelles ont besoin de nourriture pour un fort développement. Une bonne fumure de fond est constituée par des granulés d’engrais progressif pour jardinières fleuries. Cet apport peut être complété ponctuellement via l’eau d’arrosage. Aux engrais liquides en bouteille qui sont chers et peu concentrés, il faut préférer un engrais en poudre à diluer dont la concentration en élément K est au moins de 20. Cet engrais sera surtout utilisé durant les périodes chaudes et humides qui favorisent la croissance. Par temps froid ou durant les fortes canicules, nous arrosons à l’eau pure. Si un engrais soluble est apporté pendant ces périodes, il ne sera pas suffisamment absorbé et entraînera une augmentation de la concentration en sels dans le substrat qui pourra provoquer la brûlure des radicelles dès que les plantes reprendront leur croissance.

F comme feuillages

Des feuillages prennent de plus en plus souvent place parmi les floraisons. Il faut découvrir le port retombant du plectranthus, des helichrysums ou du glechoma. Formant des cascades de feuilles aux belles teintes, des plantes peuvent prolonger d’un mètre vers le bas l’effet d’une jardinière. Pour une touche insolite : un plant de persil. Son vert profond forme un beau contraste avec les floraisons.

G comme grains

Pour améliorer la rétention d’eau par le terreau, nous découvrons progressivement ces granulés beaucoup utilisés par les jardiniers anglais. Ces polymères sont simplement mélangés au terreau. Ils ont le pouvoir de capter l’eau et de l’emmagasiner en grossissant. Cette eau en réserve sera rendue disponible lors des journées chaudes avec du vent desséchant. La masse de feuillage a alors vite fait d’évaporer l’humidité que le volume limité du substrat peut naturellement contenir.

L comme luxuriance

poteesLes plantes sont placées serrées pour créer de beaux effets. Une jardinière de quatre-vingts centimètres peut parfaitement accueillir neuf plantes différentes (toujours un nombre impair). À chacun d’exprimer sa créativité avec l’immense assortiment disponible. Quelques principes de base : on associe plantes droites et plantes retombantes ; plantes massives et plantes à fine végétation. On n’oublie pas l’une ou l’autre plante à feuillage. Une nouvelle tendance : utiliser exclusivement des plantes dans la même gamme de tons. À cet égard, le bleu offre un large éventail de possibilités.

O comme oïdium

Durant le mois d’août, les nuits sont plus froides et des rosées généreuses sont observées le matin. Des plantes fines somme les lobélias ou les diascias sont alors attaquées par l’oïdium et disparaissent rapidement. Pulvériser un fongicide systémique début août permet de conserver ces plantes au sein de la jardinière.

P comme pélargoniums

Qu’ils soient droits ou retombants, les bons vieux pélargoniums ne doivent pas être oubliés. Ces plantes sont particulièrement résistantes à la sécheresse et conviennent bien pour colorer une façade exposée plein sud. Les variétés à feuillages panachés permettent de renouveler notre vision de ces marathoniennes de la floraison.

lobeliasR comme réhumidification

Si l’arrosage n’a pas été effectué à temps, on risque de retrouver le terreau sec au point que l’eau n’y pénètre plus, ruisselant en grosses gouttelettes sur la surface durcie. La solution la plus simple consiste à plonger purement et simplement la motte du panier suspendu ou de la potée dans l’eau jusqu’à complète réhumidification.
Ce n’est pas seulement parce qu’il n’est pas simple de réhydrater cette brique de terreau qu’il faut absolument éviter cet incident. En séchant, le terreau se rétracte au point qu’un jour peut apparaître entre la motte et la paroi de la jardinière. Cette rétraction du terreau détruit les fins poils absorbants des radicelles. Les plantes subissent un arrêt de leur dynamique de croissance et de fleurissement. Le choc physiologique peut être tel qu’un simple oubli d’arrosage peut être pénalisé par trois semaines d’attente du rétablissement de la floraison.

S comme suspensions

panier-suspenduC’est en Angleterre qu’ils sont nés. Les paniers fleuris suspendus constituent une part du charme des jardins de cottage. Une demi-sphère en fort treillis métallique à larges mailles, trois chaînes de suspension réunies en un crochet et les floraisons prennent de l’altitude. Les voici à hauteur du regard, tout autour de la maison. Sur les terrasses et balcons, les paniers suspendus sont aussi l’occasion d’apporter une luxuriance supplémentaire. Les corbeilles sont vendues avec une cuvette de culture en carton ou en fibres qui a le désavantage de laisser s’écouler directement l’eau d’arrosage. Aussi, beaucoup de jardiniers préfèrent récupérer les sacs en plastique du terreau pour garnir le panier. Il faut bien sûr disposer le plastique pour faire apparaître sa face noire, particulièrement discrète, la face colorée avec la marque étant alors recouverte de terreau.

T comme terreau

Le terreau doit impérativement être à la hauteur. Il faut un terreau spécial pour jardinières avec une forte proportion de tourbe noire et de tourbe blonde ainsi que de l’argile pour améliorer encore la rétention de l’eau. Gare aux substrats bon marché : ils ne contiennent guère de tourbe et sèchent très rapidement, hypothéquant votre investissement en plantes et votre travail.

Vos commentaires

  • meyer-genay dit:

    Bonjour,

    Trés bons conseils pour mes premières jardinières…
    Merci.

    Christine

  • Lemaire Monique dit:

    Bonjour et félicitations pour votre site. C’est ma première visite et certainement pas la dernière. Je suis une nouvelle jardinière (je n’oserais pas dire jeune mais j’ai plus de temps à consacrer aux plantes) et je cherche des idées pour réaliser des jardinières. J’ai vu, dans cet article, un superbe bonhomme réalisé avec des pots de terre cuite. Avez-vous un plan ou un descriptif des pots nécessaires pour réaliser ce splendide « jardinier » car j’aimerais beaucoup le refaire.
    Merci d’avance.
    Monique Lemaire

Laisser un commentaire

*

 
Remonter en haut de page Accéder au contenu