Accéder au contenu Accéder au footer

Les pois de senteur colorent et embaument

Les pois de senteurs n’ont pas leur pareil pour garnir une clôture, pour étoffer une plate-bande ou pour couvrir une petite construction au jardin. Agréablement parfumés, ils se déclinent sous une large gamme de coloris.



Trois branches de noisetier bien touffues piquées dans le sol et le tour est joué. Dès le mois de juin, ce buisson improvisé va être pris d’assaut par une végétation grimpante qui ne tardera pas à se tacher de corolles vives et parfumées. Quelques graines de pois de senteur suffisent pour former un beau volume dans une plate-bande. On peut aussi laisser ces plantes annuelles particulièrement volontaires envahir une clôture, une grille de fer forgé et même une palissade de lattes bordant la terrasse. Grâce à la sélection continue dont ils sont l’objet, les pois de senteur se couvrent désormais d’un grand nombre de fleurs dont le parfum à odeur de miel et d’oranger ne peut être respiré à l’état naturel qu’au jardin. Ne pouvant être extraite, la fragrance des pois de senteur n’est présente en parfumerie que sous forme reconstituée. Grand classique du jardin champêtre de nos grands-mères, le pois de senteur peut aussi prendre place sur les terrasses et balcons de ville. Il est parfaitement possible de le cultiver dans un grand baquet.

Réussir les semis

Les pois de senteur ont la particularité de développer une racine qui s’allonge en profondeur. Avec un semis dans un pot normal, cette racine est contrariée. Voilà pourquoi des jardiniers préfèrent semer les graines dans de hauts cornets fabriqués en récupérant le plastique des sacs de terreau. Autre possibilité : utiliser les rouleaux de carton du papier essuie-tout. Bouchés d’un côté par un carré de plastique serré par un élastique, ils se transforment, le temps de la culture, en hauts pots.

Les pois de senteur peuvent être cultivés sous forme annuelle ou bisannuelle.
En culture annuelle, les semis sont effectués de janvier à mars dans un mélange de terreau de bonne qualité et de sable du Rhin. La levée des pois de senteur est lente. Pour réduire l’attente et la disparité dans l’émergence des plantules, on peut faire tremper les graines durant douze à vingt-quatre heures dans de l’eau tiède. Avec un couteau, on peut aussi découper un petit morceau du tégument de la graine, juste à l’opposé du germe. Les semences sont enterrées d’un centimètre. Les contenants sont ensuite placés à une température de 15 à 18° C. La germination demande dix à vingt jours.
Les pois de senteur sont repiqués en pleine terre au mois de mai. Ils peuvent aussi être semés directement en place de début avril à fin mai. On butte les tiges dès qu’elles mesurent une vingtaine de centimètres.

Peu connue, la culture bisannuelle des pois de senteur a l’avantage de former des plantes vigoureuses portant des fleurs généralement plus grandes et surtout plus précoces. Le semis est effectué à la fin du mois de septembre. Les plantes sont ensuite hivernées dans la serre ou sous châssis bien aéré pour éviter les risques de pourriture. Les plantules de pois de senteur supportent des gelées jusqu’à moins neuf degrés. En cas de gel plus intense, il est prudent de recouvrir les jeunes plantes de feuilles sèches ou, mieux encore, de branchettes de sapin.

Un sol profond

Les pois de senteur sont des amoureux de la lumière mais les variétés à fleurs rouges ou pourpres ont une fâcheuse tendance à pâlir lorsqu’elles subissent un ensoleillement trop brûlant. Quelle que soit la nature du sol, le terrain devra être toujours être ameubli jusqu’à cinquante centimètres de profondeur au moins. Cette règle est d’une importance capitale car les racines des pois de senteur sont capables d’aller puiser leur nourriture à plus d’un mètre !
Les arrosages seront modérés tant que les plantes ne mesurent pas plus de soixante centimètres. Ensuite, dès qu’un besoin d’eau se fait sentir, la terre doit être copieusement mouillée jusqu’à cinquante centimètres de profondeur. Un arrosage superficiel ne sert à rien et peut même être nuisible car une croûte compacte risque de se former à la surface du sol. Une sécheresse, même momentanée, produit le ralentissement de la formation des boutons floraux et l’arrêt de la floraison. Afin d’éviter des arrosages fréquents pendant la période estivale, il est utile de placer un paillis au pied des plantes. Outre les tontes de gazon en couche mince, on peut aussi employer des paillettes de lin ou des coques de cacao.

Quelles variétés semer ?

La gesse odorante était de couleur violette quand, voici 250 ans, elle fut récoltée en Sicile et envoyée en Angleterre pour devenir le pois de senteur. Aujourd’hui, les catalogues des grainetiers présentent une belle collection de pois de senteur dont la fameuse série ‘Spencer’ déclinant une large gamme de coloris. Chaque année, de nouvelles variétés font leur apparition.

 

Vos commentaires

  • Anne Marie dit:

    Le pois de la première photo est de toute beauté ! Je ne savais pas qu’ils avaient d’aussi longues racines… Je les réussirai peut-être mieux cette année avec le truc des rouleaux d’essuie-tout ;o)

  • cambier dit:

    Quelle est la terre que les pois de senteur apprécient le mieux?

  • cendra95 dit:

    Moi, j’ai en semé directement dans mon jardin et ils ont très bien levé. Pourtant, je trouve pas ma terre très drainante mais plutôt compacte. Mais les pois sont très beaux.

Laisser un commentaire

*

 
Remonter en haut de page Accéder au contenu